Sport sur ordonnance

Depuis ce mercredi 1er Mars, il est désormais possible de vous faire prescrire des cours de sport par votre médecin traitant. Comment ? pourquoi ? quel remboursement ?

L'infographie du sport sur ordonnance

Infographie sport sur ordonnance

Extrait du décret sport sur ordonnance


« En accord avec le patient atteint d'une affection de longue durée, et au vu de sa pathologie, de ses capacités physiques et du risque médical qu'il présente, le médecin traitant peut lui prescrire une activité physique dispensée par l'un des intervenants suivants : » (Art. D. 1172-2)

Le sport sur ordonnance pour qui ?


Seuls les personnes atteintes d’une affection longue durée peuvent se faire prescrire du sport sur ordonnance. Également appelées ALD elles se définissent par la gravité et/ou le caractère chronique nécessitant un traitement prolongé. L’assurance maladie a ainsi communiqué une liste de 30 maladies concernées. Parmi elles : le cancer, la dépression, le VIH, les insuffisances respiratoires, le diabète, Alzheimer, etc

Quels types de traitements sportifs ?

Les séances de sport sont dispensées au patient, selon son profil et son affection, par des professionnels du sport disposant d’une double compétence sport & santé. Le programme sera également suivi par le médecin traitant. Plusieurs sports se prêtent parfaitement au dispositif tels que le fitness, le yoga, le running, …

Remboursement des cours de sport sur ordonnance, est-ce possible ?


Bien que la sécurité sociale ne rembourse pas les séances de sport sur ordonnance, il existe de nombreuses alternatives et de nombreux acteurs qui souhaitent faire évoluer ce décret.

  • Les assurances & mutuelles : c’est aujourd’hui le cas de la Maif qui s’engage, depuis 2015, à rembourser à ses clients muni d’une ordonnance, des cours de sport à hauteur de 500€ sur deux ans.
  • Les collectivités territoriales jouent elles aussi un rôle important puisqu’actuellement Strasbourg, Paris, Biarritz ou encore Blagnac ont mis en place des dispositifs permettant de rendre le sport plus accessible en remboursant totalement ou partiellement selon la commune les cours de sport sur ordonnance.

Du sport plutôt que des médicaments ?


Les bienfaits du sport ne sont plus à faire ! Bien qu’une activité physique permette de prévenir les risques de maladies, elle est également un excellent remède. L’activité physique constitue une thérapeutique non médicamenteuse reconnue et validée scientifiquement, en complément des traitements traditionnels, explique pour sa part Valérie Fourneyron :

  • L'OMS identifie l’inactivité physique comme le 4ème facteur de risque de mortalité au niveau mondial (6% des décès).
  • Le manque d'activité physique est la cause principale de 21 à 25% des cancers du sein ou du colon, de 27% des cas de diabète et d'environ 30% des cas de cardiopathie ischémique.
  • L’activité physique permet de réduire les risques de récidive de 30 à 50% pour les cancers du sein ou du côlon et permet de mieux supporter la chimiothérapie.
  • Le sport a en outre un effet psychologique non-négligeable dans le combat contre la maladie. 

Les prémisses du sport santé, preuves de son efficacité ?


En pratique, le sport sur ordonnance existe pour l'instant surtout à l'échelle locale, grâce à des initiatives des collectivités locales. Certaines communes notamment se sont fortement impliquées dans le sport sur ordonnance : Strasbourg, Blagnac, Château-Thierry, Biarritz, Rennes, etc.

Au niveau européen, la Suède a franchi le pas depuis plusieurs années et le sport sur ordonnance est devenu monnaie courante. Alors qu’il y a cinq ans on dénombrait environ 30 000 prescriptions d’activité physique, plus de 100 000 ont été comptabilisées l’an dernier, note le quotidien Dagens Nyheter.